La conversion de Saint François : la rencontre avec le lépreux


Mercredi 6 mars, nous sommes entrés en Carême, ce temps de préparation à la fête de Pâques qui est aussi un temps que nous donne le Seigneur pour nous convertir. C’est pourquoi, nous vous proposerons, chaque week-end, une méditation basée sur l’itinéraire de conversion de Saint François. Voici la seconde : « La conversion : du dégoût au goût. ».

Nous vous souhaitons une belle route vers Pâques ! Que le Seigneur vous accompagne !


Or, un jour qu’il se promenait à cheval aux environs d’Assise, voici qu’il rencontra un lépreux. Malgré son immense dégoût et l’horreur qu’il éprouvait, il ne voulut ni transgresser l’ordre reçu ni violer son serment, car il avait donné sa foi : il sauta de cheval et s’approcha pour embrasser le malheureux. Celui-ci, qui tendait la main pour une aumône, reçut avec l’argent un baiser. François remonta en selle, mais il eut beau, ensuite, regarder de tous côtés – aucun accident de terrain ne gênait pourtant la vue – il ne vit plus le lépreux. Plein d’admiration et de joie, il renouvela peu après son geste : il visita l’hôpital des lépreux, distribua de l’argent à chacun d’eux et leur baisa la main et la bouche. Voilà comment il préféra l’amertume à la douceur et, vaillamment, se prépara aux exigences qui allaient suivre. (2 Celano, 5,9).

Entre François et le lépreux, il y avait des différences et des distances. François descend du cheval pour se mettre à sa hauteur, pour être à égalité avec lui. Il s’agit d’un pas important. Il quitte ses sécurités, son statut social et son pouvoir de dominer. Mais dans le combat contre son vieil homme, il va plus loin : François embrasse le lépreux. Il s’agit d’un geste de fraternité où la peur disparaît. Il touche cet homme impur pour être purifié de ses peurs. Dans l’Évangile de la fille de Jaïre, Jésus touche la main de la petite fille pour lui redonner la vie. François, en touchant le lépreux, se lève pour commencer une nouvelle vie. Par son baiser, la distance entre les deux hommes disparaît pour créer la communion. Ce contact avec le lépreux est salvateur pour la purification de François.

François, par cette rencontre, remporte une importante victoire sur lui-même et sur ses peurs. Dans son Testament, il affirme que le Seigneur l’envoya vers les lépreux et, qu’à partir de ce moment-là, « tout ce qui était amer se transforma en douceur ». François est plein de miséricorde avec les pauvres de son temps. Cette attitude montre le chemin de maturité de François où l’intériorité n’est pas l’intimisme, mais elle provoque la cohérence entre la transformation intérieure et le comportement avec les autres. François traduit par le baiser au lépreux son chemin de conversion. Il prie, il discerne, il change et cela se voit. La purification intérieure sans la conversion du comportement n’est pas encore adulte.

Pour François d’Assise le parcours de conversion n’est pas virtuel. Il pose des gestes. Embrasser un lépreux est un acte courageux. François comprend que sa vie ne peut pas se limiter à dire : « il faudrait », « il serait bien », « il est important de » … Dans le processus de sa conversion, Saint François n’attend pas. Il agit concrètement. Son ennemi, le lépreux, devient son prochain. Le geste de François l’a rendu proche de lui. Cet homme n’est plus seulement un malade dangereux parce que contagieux mais il a une identité, un nom, une famille, une histoire, des rêves, … Saint François, en embrassant le lépreux, apprend à le connaître et donc à l’aimer.

Jésus dit : « Aimez vos ennemis. » Saint François réalise cet impératif évangélique. Il aime quelqu’un qui ne lui voulait pas de mal mais qui était loin de sa vie et de son cœur.


Méditation

  • Est-ce que je connais des personnes que je ne « supporte pas »? Des personnes qui me dégoûtent ? Ont-elles des noms ? Il y a, sans doute, une origine…
  • Comment est-ce que je vis mes distances ? En les conservant ? En essayant de les faire disparaître ?
  • Suis-je capable de poser des gestes fous ? Des gestes qui me demandent de me dépasser moi-même ?

 

A propos Vocation Franciscaine

Nous sommes les frères franciscains conventuels de France - Belgique, l'une des trois branches masculines de l'ordre fondé par Saint François d'Assise. Notre vie est axée autour de trois piliers : prière, mission, fraternité. Nous vous accueillons ici sur notre blog dédié à la vocation avec cette salutation de Saint François : 'Que le Seigneur vous donne sa paix!'.
Cet article, publié dans Méditation, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.