Pâques et le Triduum Pascal : la folie de l’Amour de Dieu…

Aujourd’hui, c’est Pâques! C’est aussi le dernier jour du Triduum Pascal, trois jours qui nous ont conduits du Jeudi Saint à ce jour béni de la Résurrection. Trois jours fondamentaux pour notre foi, trois jours que nous vous proposons de revisiter rapidement. Rembobinons le film !

  • Jeudi Saint : Jésus institue l’Eucharistie et le sacrement de l’ordre. Jésus lave les pieds de ses disciples, y compris ceux de Pierre et de Judas qui vont le trahir par la suite : le service et l’amour portés à leur perfection. Pierre se scandalise. Il a raison! C’est le geste des esclaves. Imaginons : Dieu se met à nos pieds comme un esclave pour laver nos pieds et surtout notre cœur. Et ce n’est pas une façon de parler, c’est la réalité! Quelle folie! Pierre n’est pas le premier à se faire surprendre en ‘flagrant délit de bon sens humain’. Avant lui, Jean-Baptiste ne voulait pas baptiser Jésus. Il pensait – avec quelques raisons – que c’était Jésus qui aurait dû le baptiser, lui! Et pourtant : ‘il nous faut accomplir toute justice‘, lui fut-il répondu (cf. Mt 3, 15). Aujourd’hui, Jésus dit à Pierre : ‘si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi‘ (Jn 13, 8). Ainsi s’accomplit la justice de Dieu : dans la miséricorde pour le pécheur. Et si nous ouvrions notre cœur?
  • Vendredi Saint : Jésus vit sa Passion. ‘Il entre librement dans sa Passion‘, nous dit l’Écriture. Librement. Il avait le choix : il aurait pu fuir ou se cacher, en attendant que les choses se calment. Il aurait aussi pu avoir 12 légions d’anges pour se défendre des gardes venus l’arrêter (cf. Mt 26, 53). Il aurait même pu descendre de la croix. Imaginez la tête des pharisiens qui l’avaient condamné à mort et se félicitaient déjà de le voir disparaître… Non. Il fait la volonté du Père : quelle folie!Comme un agneau, il n’ouvre pas la bouche‘ (Is 53, 7). Il se laisse insulter, frapper, maltraiter et tuer, alors qu’il est le Tout Puissant. Il donne sa vie librement pour l’humanité. Il meurt entre deux criminels : l’un qui se repentit, l’autre qui persiste dans son péché, les deux facettes de l’humanité. La miséricorde est offerte à tous gratuitement pour peu que nous voulions bien l’accueillir. Et si nous ouvrions notre cœur?
  • Samedi Saint : le jour du grand silence.Tout est accompli‘, a dit Jésus au moment de sa mort (cf. Jn 19, 30). La porte du Ciel est désormais grande ouverte… comme les bras et le cœur de Jésus sur la croix, laissant jaillir le Saint Esprit. Il l’a dit : ‘Dans trois jours, je ressusciterai‘. Mais peut-on le croire? Le Fils de Dieu, le Messie tant attendu, pouvait-il mourir sur la croix? La folie de Dieu est plus sage que les hommes‘ (1 Co 1, 25). Alors il faut vivre de foi et faire comme Marie : ‘méditer ces événements dans notre cœur‘ en attendant que la promesse s’accomplisse. Alors, en ce samedi saint, la création tout entière attend l’Alléluia de Pâques. ‘Gutta cavat lapidem’ : la goutte creuse le rocher, dit un proverbe latin. On pourrait aussi dire : l’attente creuse le désir et fait grandir la foi et l’espérance en un Dieu tout puissant dans l’amour. Et si nous ouvrions notre cœur?
  • Pâques : le fondement de notre foi : IL EST RESSUSCITE ! Jésus est glorifié ! La croix est désormais son trône de gloire. Ainsi, nous n’aurons pas peur de l’approcher et, en regardant vers lui avec foi et amour, nous serons sauvés! Pâques est la fête de la vie! C’est la preuve ultime que la mort ne peut pas l’emporter sur la vie, que les souffrances et le mal n’ont pas le dernier mot, même si parfois tout semble nous indiquer le contraire.Il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire qui va être révélée pour nous‘, nous dit Saint Paul (Rm, 8, 18). Nos souffrances – comme celles de Jésus – ont un poids de gloire.Nous sommes co-rédempteurs avec le Christ‘, dit-il encore. ‘Tout est grâce‘, répond en écho Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus peu de temps avant sa mort. Alors, ouvrons notre cœur, plaçons-le dans le Cœur Transpercé de Jésus là où toutes les blessures et les coups durs de la vie guérissent, et entrons avec lui dans la joie pascale!

« Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon, c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants. Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures, et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures, il est apparu à Pierre, puis aux Douze ; ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –, ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres. ». Saint Paul aux Corinthiens (1 Co 15, 1 – 7)

Bonne fête de Pâques à tous !

Grande Joie à tous : il est vraiment ressuscité !

Alléluia !

 

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :