Cinquième Dimanche de Carême avec fr. Charles : « La vie est un boomerang : elle se donne ! »

FrCharles2Aujourd’hui, nous voici au cinquième Dimanche de Carême. Après nos novices, nous avons la joie pour ce dernier dimanche avant la Semaine Sainte d’être accompagné par fr. Charles, un frère expérimenté dans la vie religieuse franciscaine puisqu’il a récemment célébré ses 60 ans de profession. Il est actuellement en communauté dans notre couvent Saint Bonaventure de Narbonne. Il médite pour nous l’extrait de l’Évangile de Saint Jean (Jn 12, 20 – 33) que nous avons écouté lors de la messe dominicale et que nous avons reproduit ci-après. Il revient sur le sens de la vie et nous rappelle que la vie est un boomerang : elle se lance, elle se donne pour revenir plus riche! Nous vous souhaitons une bonne lecture et remercions chaleureusement fr. Charles de nous aider à avancer vers Pâques ! Nous l’assurons de notre prière.


grain_bléEn ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.

Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure”? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir. Jn 12, 20 – 33


Bravo, ces grecs ! Ils veulent voir Jésus. C’est une saine et bonne curiosité qui peut rapporter gros : rencontrer Jésus et le suivre, éventuellement. Mais pourquoi ? Pour donner un sens et du goût à la vie. Ces grecs en parlent à Philippe parce qu’ils ont des affinités avec lui : la même origine, la même langue, la même culture et cela inspire confiance. Philippe va le dire à son ami André, car, ensemble, on devient plus forts et le courage plus robuste.

Mendiant_redJésus va leur parler franchement, sans édulcorants. Il s’exprime par des images qu’ils peuvent facilement comprendre et… surprendre. Le grain doit mourir pour pouvoir naître, grandir, mûrir… si l’on veut garder sa vie, il faut la perdre, c’est-à-dire, la donner, car la retenir c’est la tenir en cage, c’est l’étouffer. La vie est un boomerang : il faut la lancer, la donner, alors elle reviendra, plus riche. Servir le Seigneur, c’est suivre ses traces, se mettre à son école, apprendre son langage, accueillir et donner à sa manière. Saint Vincent de Paul a ainsi défini le service : « Servir les pauvres, c’est servir Dieu« . Le pape François n’arrête pas de le répéter en ces temps difficiles qui appellent aide et fraternité : « Tu veux rencontrer le Seigneur, Il habite chez les pauvres, tu le reconnaîtras dans toutes les pauvretés« . Alors, soyons curieux de rencontrer le Seigneur comme ces grecs, soyons comme ces deux amis, Philippe et André, heureux d’être des intermédiaires qui permettent la rencontre. Comprenons bien ce que Jésus demande : non pas de sacrifier sa vie, mais de la donner. C’est comme si on la semait : elle fleurira ! Au bout, le Père nous honorera comme il a honoré Jésus, en le ressuscitant.

Un commentaire sur “Cinquième Dimanche de Carême avec fr. Charles : « La vie est un boomerang : elle se donne ! »

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :