Pourquoi pas nous ?

Dans l’un de nos derniers articles, nous avons évoqué Samuel, le prophète « chercheur de têtes » que le Seigneur avait surpris en appelant David, un jeune berger sans expérience, à devenir roi d’Israël (cf. ici). Mais cela ne semble pas être un « cas isolé ». Regardons cela de plus près car, nous le verrons, c’est très encourageant pour nous !

En effet, dans la Bible et l’histoire des hommes, nombreux sont ceux et celles qui ont été appelés et qui – au moins à vue humaine – ne semblaient pas les mieux taillés pour répondre à l’appel reçu. Quelques exemples peuvent nous venir à l’esprit : Moïse, un homme bègue, banni de la cour d’Égypte, est envoyé pour négocier avec Pharaon la libération d’Israël. Les premiers apôtres appelés sont des pêcheurs et n’apparaissent pas les mieux armés pour poursuivre l’œuvre de Jésus. Que dire de Matthieu, un voleur notoire, et de Saul de Tarse, un persécuteur et un meurtrier ? Pourtant, tous, ils donneront leur vie pour le Seigneur et l’annonce de l’Évangile. Ces appels ont continué à résonner dans le cœur des hommes tout au long de l’histoire. Ainsi, en est-il pour Francesco Bernardone, un jeune italien qui ne pense qu’à faire la fête et la guerre et qui se fera interpeller en songe : « Qui vaut-il mieux servir ? Le Maître ou le serviteur ? ». Il deviendra Saint François d’Assise. Et tant d’autres encore….

Ainsi, si nous analysons la genèse de la vocation de ces grands saints, nous pouvons partager l’étonnement que Samuel a éprouvé devant l’élection du jeune David. D’ailleurs, frère Massée, l’un des premiers compagnons de Saint François, ne s’y est pas trompé : « Pourquoi toi ? Pourquoi tout le monde te court-il après ? » demanda-t-il un jour à Saint François (cf. ici). Oui, alors pourquoi eux ? Tentons une réponse. Si le Seigneur n’avait appelé que ceux qui semblent dignes ou compétents à vue humaine, alors nous – hommes et femmes ‘normaux‘ du XXIe siècle – aurions pu dire : « Répondre à l’appel du Seigneur est réservé à une élite ». Mais, comme nous venons de le voir, ces hommes et ces femmes étaient exactement comme nous, avec des qualités, des défauts et certains – même – avaient commis des péchés graves. Que s’est-il passé ? Ils ont rencontré le Seigneur et ils ont répondu à son appel de tout leur cœur : Moïse devant le buisson ardent, les premiers apôtres au bord du lac de Galilée, Matthieu à son comptoir (cf. figure précédente), Saul de Tarse sur la route de Damas, François d’Assise à Spolète, etc. Tous, ils se sont laissés toucher par l’Amour de Dieu dans leur imperfection. Ils ont accueilli la grâce et se sont laissés peu à peu transfigurer. Comme les disciples d’Emmaüs et les Rois Mages avant eux, ils ont changé de route.

Et nous alors ? Si cela a été possible pour eux, pourquoi cela ne le serait-il pas pour nous? Le Seigneur sème largement, il appelle largement ! Il « sort sur la place » (cf. Mt 20, 1 – 16) et continue à appeler en tout temps les hommes et les femmes de bonne volonté (voir ici et ). Et il fait des miracles dans leur vie. La preuve ? Dans les exemples précédents. Il transforme les persécuteurs en apôtres, les faibles en courageux, les voleurs en honnêtes hommes, les fêtards en ascètes. Alors pourquoi ne pourrait-il pas faire de nous des saints, des témoins, chacun dans notre vocation propre ? Alors pourquoi pas nous ? Oui, pourquoi pas nous ?

« Rien n’est impossible à Dieu »
(Lc 1, 37).


Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu. (1 Co 1, 26 – 29)


 

A propos Vocation Franciscaine

Nous sommes les frères franciscains conventuels de France - Belgique, l'une des trois branches masculines de l'ordre fondé par Saint François d'Assise. Notre vie est axée autour de trois piliers : prière, mission, fraternité. Nous vous accueillons ici sur notre blog dédié à la vocation avec cette salutation de Saint François : 'Que le Seigneur vous donne sa paix!'.
Cet article, publié dans Méditation, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.