Noël : qu’avons-nous fait de l’Enfant Jésus ?

Nous venons de célébrer Noël, l’une des plus grandes fêtes de notre foi chrétienne. Comme nous l’avons vu dans notre dernier article, Noël est un rendez-vous : un rendez-vous d’amour, un rendez-vous joyeux parce que – ce jour-là – nous recevons le plus beau cadeau : Jésus, Dieu-fait-homme, Emmanuel : Dieu-avec-nous. Aujourd’hui, dans cette octave de Noël, en cette fête de la Sainte Famille, nous voulons réfléchir sur une question :

Qu’avons-nous fait de Jésus qui est né à Noël ? L’avons-nous accueilli ? Ou est-il resté à la périphérie de notre maison, de notre famille, de notre vie ?

C’est que le danger de le laisser à la porte de notre cœur nous guette ! Il y a parfois tant à faire et à penser dans notre vie, que le risque est grand d’oublier jusqu’à la naissance de Jésus, alors même qu’il est le centre de la fête de Noël. Rappelons-nous ce qui s’est passé à Bethléem : Marie a accouché dans une étable car « il n’y avait pas de place dans la salle commune. » (Lc 2, 7). Et Saint Jean nous dit : « Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.» (Jn 1, 11). Pouvons-nous réaliser ? Le Dieu de tout l’univers, source de toute vie et de tout amour, sans qui rien n’a été créé et rien n’existe, est rejeté, laissé dehors ! Cela nous interroge… « L’Amour n’est pas aimé », affirmait Saint François. Cela m’interroge :

Y-a-t-il de la place dans mon cœur pour Jésus ou bien est-il déjà plein (de moi-même, de soucis, etc.) ? Jésus est-il vraiment important pour moi ? Est-ce que je l’aime ou m’est-il indifférent ? Peut-être me fait-il peur ? Peut-être suis-je trop occupé ?

Noël sans Jésus est un ‘fake, une ‘contrefaçon‘ qui donne un plaisir temporaire, là où il s’agit de recevoir une joie profonde et durable ! La vraie fête de Noël est un rendez-vous d’amour avec notre Dieu qui se fait humble, tout petit, afin que nous n’ayons plus peur de l’approcher. Le Tout Autre se fait le Tout Proche afin que nous puissions le prendre dans nos bras, le serrer contre notre cœur et l’accueillir dans notre vie. Et si nous l’accueillons dans notre vie, alors elle change ! Elle prend tout son sens, toute sa consistance ! Elle devient féconde ! Regardons Marie. Son ‘oui‘ à l’Ange qui venait bouleverser tous ses projets (voir ici) a changé la vie de toute l’humanité !

Alors, en cette octave de Noël, au risque de paraphraser une célèbre publicité pour un parfum italien, avec Marie, disons OUI à la vie, à la bonté, à la beauté, à la joie, à la fécondité, à l’espérance ! Disons OUI au Seigneur, au projet qu’il a sur nous de toute éternité. Accueillons-le dans notre vie et faisons lui de la place. Saint Jean Baptiste disait : « il faut que lui grandisse et que moi je diminue ». Comme lui, comme Marie, laissons Jésus se former en nous et peu à peu prendre la première place dans notre cœur. Alors notre cœur se dilatera aux dimensions de celui du Christ, et, avec Saint Paul, nous pourrons dire : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi ». Alors comme Saint François, nous serons les ‘Alter Christi‘ (les ‘autres Christ‘) que le monde attend et nous porterons le feu de son amour jusqu’au confins de la terre. C’est notre appel, c’est notre vocation de chrétien !

« Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. » (Jn 1, 9 – 13)

Et si nous avons l’impression d’avoir manqué notre rendez-vous d’amour du 25 décembre, soyons rassurés : nous avons une session de rattrapage… 🙂 en effet, dans l’octave de Noël, liturgiquement, c’est Noël pendant huit jours! Huit jours donc pour goûter en profondeur cette fête ! Huit jours pour dire OUI…

 

 

A propos Vocation Franciscaine

Nous sommes les frères franciscains conventuels de France - Belgique, l'une des trois branches masculines de l'ordre fondé par Saint François d'Assise. Notre vie est axée autour de trois piliers : prière, mission, fraternité. Nous vous accueillons ici sur notre blog dédié à la vocation avec cette salutation de Saint François : 'Que le Seigneur vous donne sa paix!'.
Cet article, publié dans Méditation, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Noël : qu’avons-nous fait de l’Enfant Jésus ?

  1. Ping : Muscle ton jeu ! | Vocation Franciscaine:   « Viens! Suis-Moi! »

Les commentaires sont fermés.