Quelle pierre angulaire pour notre vie ?

Cette semaine, nous allons célébrer la fête de la Toussaint le 1er novembre avant de faire mémoire des fidèles défunts le lendemain. Nous avons donc choisi aujourd’hui de méditer sur la vie, sur notre vie, à partir de la parole ci-après tirée de l’Évangile selon Saint Matthieu (Mt, 21, 42) :

« La pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux ! »

En d’autres termes, une question essentielle sera au cœur de cet article : sur quoi/sur qui bâtissons-nous notre vie? Pour aller plus loin, nous allons prendre une comparaison : notre vie est comme une maison, mieux comme une cathédrale. Pour bâtir une maison et plus encore une cathédrale, il faut : (1) des fondations solides, (2) une pierre angulaire, et (3) du ciment pour la cohésion de l’édifice. Ces trois aspects sont au cœur de notre méditation.

Les fondations.


Il faut creuser profond. Comme le puits de Jacob où la samaritaine venait puiser de l’eau. Il faut descendre en profondeur, et ce d’autant plus que la construction est grande et haute. Oui, il faut creuser pour découvrir la longueur, la largeur, la hauteur et la profondeur de l’Amour de Dieu. L’Amour de Dieu est la fondation de notre vie. Son appel à la vie est celui qui nous propulse du néant à l’existence. Nous avons toute notre vie terrestre pour le découvrir et l’approfondir. Cette découverte est parfois éblouissante : le Seigneur peut nous donner la grâce d’expérimenter son amour libre, gratuit, absent de jugement à notre encontre. Cet amour nous est toujours offert. Il ne nous juge pas, ne nous condamne pas, espère tout de nous. Il est prêt à tout pour nous sauver. Cette découverte peut aussi être le terme ou une étape d’un chemin plus douloureux de purification de nos attachements et de nos idoles, pour que nous l’aimions, lui, et non pas ses dons.

Il faut donc creuser profond dans la joie ou la souffrance. La persévérance est donc une qualité essentielle dans notre itinéraire vers Dieu.

La pierre angulaire.


Une fois les fondations creusées, il faut commencer à bâtir. Mais quelle pierre posons-nous d’abord? C’est l’heure des choix. Si nous plaçons Jésus au centre de notre vie, alors c’est lui qui va avoir la plus grande importance et il va nous aider à poser des choix porteurs de vie, d’amour et de fécondité. Notre maison sera bâtie sur le roc qu’est le Christ et nous serons armés pour lutter contre les difficultés et les souffrances de notre vie :

La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. (Mt 7, 25)

Si, dans notre liberté, nous choisissons une autre pierre angulaire que le Christ, des idoles vont prendre la place de Dieu au centre de notre vie. Nous pouvons en citer quelques unes (la liste n’est pas exhaustive) : réussite sociale, argent facile, avoir, pouvoir, etc. La cathédrale de notre vie se construit alors sur le sable et elle peut s’écrouler à tout moment :

La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. (Mt 7, 27)

En effet, ces idoles vont guider nos choix de vie, nous priver de notre liberté intérieure et nous rendre de plus en plus malheureux. Un peu comme le jeune homme riche de l’Évangile (voir ici).

Ainsi, la pierre angulaire que nous choisissons détermine notre qualité de vie, notre solidité intérieure. Plus que cela, elle va déterminer le choix des autres pierres que nous allons utiliser pour construire notre vie : choix porteurs de bonheur et de vie ou de malheur et de mort. Choisissons donc la vie ! (cf. Dt 30,19)

Le ciment de l’unité.


Enfin, il est illusoire de vouloir réaliser une construction sans disposer de ciment pour assurer la cohésion entre les différentes pierres. Une composante essentielle de notre vie est ainsi l’unité intérieure. Celle-ci est réalisée par le Saint Esprit. La qualité de notre unité est liée à notre docilité, notre écoute, notre silence intérieur pour laisser la place au Seigneur. « Demeurez dans mon amour », nous dit Jésus. « Écoutez et vous vivrez », disait le prophète Isaïe. Lorsque nous sommes unis intérieurement, nous sommes forts de la force de Dieu. « Qu’ils soient un », disait Jésus alors qu’il priait pour ses disciples présents et futurs, juste avant sa Passion. Il y a quelques mois, nous avons célébré la fête de la Sainte Trinité, l’un des dogmes de notre foi, un mystère que nous n’aurons jamais fini de découvrir. Il se résume en une phrase : ‘un seul Dieu en trois personnes‘. Mais comment trois personnes peuvent elles n’en faire qu’une seule? Mathématiquement c’est impossible. Mais il ne faut pas oublier la logique de l’amour. C’est l’amour qui fait l’unité. Le Père se donne au Fils, le Fils se donne au Père et la circulation d’amour est le Saint Esprit. Pourquoi Jésus n’a-t-il jamais cédé à la tentation? Parce qu’Il est toujours demeuré dans l’Amour du Père, parfaitement orienté vers le Père. Il avait une telle unité intérieure que le mal ne pouvait trouver aucun interstice où s’insinuer : « Le Père et moi, nous sommes UN », disait Jésus (cf. Jn 10, 30).

L’unité intérieure réalisée par le Saint Esprit est donc une des clés de la solidité de notre vie.

Une synthèse en trois phrases.


Donc pour faire de notre vie une belle cathédrale :

  • Creuser profond et découvrir l’Amour fondateur du Père pour chacun de nous,
  • Bien choisir notre pierre angulaire en mettant Jésus et sa Parole au centre de notre vie,
  • Soigner l’unité intérieure en cultivant le silence et en écoutant le Saint Esprit.

En un mot, il s’agit de redécouvrir le mystère d’Amour de la Sainte Trinité !

Cathédrale Notre Dame de Paris.

« A qui irions-nous, Seigneur?
Tu as les paroles de vie éternelle ! » (Jn 6, 68)

A propos Vocation Franciscaine

Nous sommes les frères franciscains conventuels de France - Belgique, l'une des trois branches masculines de l'ordre fondé par Saint François d'Assise. Notre vie est axée autour de trois piliers : prière, mission, fraternité. Nous vous accueillons ici sur notre blog dédié à la vocation avec cette salutation de Saint François : 'Que le Seigneur vous donne sa paix!'.
Cet article, publié dans Méditation, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quelle pierre angulaire pour notre vie ?

  1. Ping : Lutte pour le Ciel ! | Vocation Franciscaine:   « Viens! Suis-Moi! »

Les commentaires sont fermés.