Devenir franciscain


Le postulat ou faire la volonté du Père.

Ce mot désigne l’entrée « officielle » dans un couvent. Le jeune vit avec une fraternité avec des frères et d’autres postulants. Il commence à vivre de plus près avec les frères pour apprendre la vie franciscaine. Il s’agit d’une période de deux ans, un temps propice pour goûter la présence de Dieu et des frères.

Le style de vie franciscain se manifeste par la prière commune et personnelle, par la vie fraternelle, par le service à Dieu et aux autres, par des expériences de dons de soi, par une vie simple. Pendant le postulat un frère formateur accompagne les candidats pour discerner ce qui est bon et bien pour le postulant et pour la communauté. Le temps du postulat oriente vers le faire la volonté du Père (cf. Jn 4, 34).


Le noviciat ou le temps du premier oui.

Il s’agit d’une année spéciale où le jeune devient frère et reçoit l’habit franciscain. Le jeune approfondit dans la prière et la vie relationnelle sa vocation. Les novices sont accompagnés par un maître, un accompagnateur, dont la mission est d’éclairer le chemin du jeune par des rencontres régulières où l’on vérifié les progrès, les régressions, la vie. Pendant cette année le novice découvre et étudie la vie et le charisme de Saint François, la Règle de vie des frères, les Constitutions de l’Ordre, les documents de l’Église sur la Vie Consacrée, l’histoire franciscaine, les saints de la famille franciscaine.

A la fin du noviciat, si le jeune est prêt, il prononce ses premiers vœux, la profession simple pour une durée de trois ans. Il décide de vivre les vœux d’obéissance, pauvreté et chasteté avec d’autres frères pour vivre l’Évangile à la manière de saint François. C’est le premier « oui » !

prof_simple_fr_baptiste

Profession simple de fr. Baptiste à Assise entre les mains du custode provincial (septembre 2015).


Formation après le noviciat : vers le oui définitif.

Après le noviciat, le jeune franciscain donne une plus grande place à la formation philosophique et théologique sans négliger les aspects humains et spirituels. Le chemin de formation conduit à la profession solennelle, le « oui » définitif, l’engagement pour toute la vie. Le « oui » à Dieu pour toujours ne se prend pas à la légère. Il s’agit d’aimer Dieu et ses frères tout le long de la vie. Un projet merveilleux mais qui nécessite d’une bonne préparation. Le jeune franciscain en formation muscle son cœur pour aimer sans frontières ; il muscle son intelligence pour devenir un apôtre solide ; il muscle son esprit pour respirer Dieu dans sa vie ; il muscle sa joie pour qu’elle soit contagieuse.

Pendant ce temps le jeune est accompagné également par des frères formateurs qui l’aident à discerner le « comment être frère ». En effet, certains frères sont appelés à être prêtres, alors que d’autres ne le sont pas. Chacun a une vocation spécifique.

prof_solennelle_fr_Thierry

Profession solennelle de fr. Thomas à Lourdes (septembre 2015). La prostration marque le don total définitif du profès au Seigneur.


Ordination sacerdotale

Ici il faut compléter l’accès aux ministères ordonnés.