Christ, Roi de notre vie

Aujourd’hui, nous célébrons la fête du Christ Roi de l’Univers. Cette fête vient clore l’année liturgique et nous rappelle la finalité de notre vie : nous serons jugés sur l’amour donné et reçu. Elle nous rappelle aussi que le Christ en est le centre. Sans lui, notre vie tombe en ruines, le monde et l’univers s’écroulent. Notre vocation de baptisé nous appelle à laisser Jésus être notre roi, le roi de notre vie. Il doit être la source de nos pensées, de nos actions. Sinon, nous devenons le jouet de nos sentiments, de nos désirs plus ou moins ordonnés, et nous sommes ballottés comme une barque par la mer. Paradoxalement, pour régner sur notre vie, il nous faut apprendre à laisser dans notre cœur toute la place à Jésus. Saint Jean Baptiste l’avait bien compris : « il faut que lui grandisse et que moi, je diminue », disait-il.

Nous vous suggérons trois pistes extraites des lectures de cette fête (cf. ici) :

♦ Soigner notre relation à Dieu : il s’agit ici d’entrer dans la confiance et la bénédiction en priant, en adorant et en louant le Seigneur « en toutes circonstances » comme le demande Saint Paul. C’est la porte d’entrée du Royaume des Cieux qui est « déjà là parmi nous », nous a dit Jésus. Vivons aussi les sacrements et notamment la confession pour entrer dans la paix, la joie, réconciliation.

♦ Soigner notre relation à nous-mêmes : il s’agit là de prendre conscience que nous sommes fils et non esclaves, que nous sommes tous pécheurs mais pardonnés et aimés au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Dieu n’est pas un « maître dur » (Mt, 25, 24) qui nous attend à la fin de notre vie pour nous juger sans miséricorde. Il est un Père qui nous aime et nous appelle à la vie, au bonheur. Avec lui, découvrons notre identité et notre appel. Prenons conscience que nous avons des talents à faire fructifier en vue du bien commun et accueillons notre mission. Convertissons-nous et menons le bon combat en opposant au péché la vertu contraire.

♦ Soigner notre relation aux autres : Il s’agit enfin de sortir de soi pour s’ouvrir aux autres. Veillons et regardons autour de nous ce monde en souffrance. Osons prendre des initiatives audacieuses pour qu’il devienne meilleur. N’attendons pas que les autres « réparent » le monde pour nous, car nous seuls pouvons remplir la mission que le Seigneur nous a donnée. Regardons Saint François, Mère Teresa, Carlo Acutis, … eux ont laissé leur trace dans l’Histoire des hommes. Pour nous, « c’est maintenant le moment favorable » (2 Co 6, 2). Posons des actes d’amour qui – plus que la parole – témoignent de notre foi. « Tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » nous est-il dit dans l’Évangile d’aujourd’hui. Aucun acte d’amour n’est perdu. « Seul l’Amour est force de création », nous dit Saint Maximilien.

Finalement, pour que le Christ soit de plus en plus le roi de notre vie, « il suffit » 😉 de répondre au « premier et grand commandement », celui qui résume tous les autres : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute âme, de toute ta force et ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 37-40). Déconfinons nos cœurs et transmettons le virus de l’Amour : c’est notre vocation de baptisé.

« Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde », dit Jésus.
« Vous êtes les hérauts du Grand Roi », rappelle Saint François.

Belle fête du Christ Roi à tous !

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :